Ouverture officielle des datacenters français par Microsoft

Ouverture officielle des datacenters français par Microsoft

with Pas de commentaire

Les 14 et 15 mars, lors du Tech Summit de Microsoft, ce dernier a divulgué l’ouverture de quatre datacenter français dont trois en Ile de France et un à Marseille. Le cloud Azure de Microsoft va donc pouvoir être accessible à partir de serveurs français dont le réseau déjà mondialement étendu va bénéficier de ces quatre datacenter supplémentaires qui devraient rapporter plus de 20 milliards de dollars supplémentaires par ans à Microsoft.
Le réseau à l’échelle de la planète s’étend sur 38 régions et va donc être agrandi de deux régions de plus avec l’installation des datacenter français.

Mais le géant Microsoft n’a pas l’intention de s’arrêter là puisqu’il est prévu en 2019 d’atteindre le chiffre de 50 régions mondiales bénéficiant du réseau Azure dont certains en Europe, en Arabie Saoudite et à Dubaï. Il faut quand même rappeler qu’Azure se trouve en deuxième position mondiale juste derrière le cloud AWS d’Amazon possédant plus de datacenter et donc un plus gros chiffre d’affaire. Dans l’ordre et sans surprise, le classement des fournisseurs de cloud, du plus important au moins important, est Amazon, Microsoft, Google, Apple et Facebook. Bien sûr, ce ne sont pas les seuls. On en trouve beaucoup d’autres mais ce sont les plus connus et ceux possédant les réseaux de datacenter les plus important.

Arrivée du nouvel OS serveur Windows Server 2019

Avec l’arrivée très prochaine de Windows Server 2019, microsoft va pouvoir faire bénéficier ses clients d’un cloud hybride soit un mélange de cloud privé et publique. Le cloud privé étant beaucoup plus sécurisé puisque il ressemble plus a un accès distant à son propre réseau local ou LAN avec la possibilité de virtualiser en plus, donc plus adapté au traitement de données sensibles.Par opposition au cloud privé, on parle de cloud public beaucoup plus connu fournissant des services virtualisés sur la base d’infrastructures physiques mutualisées.

Windows Server 2019 devrait également être beaucoup moins lourd que ces prédécesseurs et donc beaucoup plus performant.  En plus, avec Windows Server 2019, les machines virtuelles Linux pourront être installées ce qui représente une avancée majeure. Pour tous les adhérents au programme insider de Windows, une version de windows server 2019 est déjà en test.